Soleil de nuit

Ailleurs m’a chassé, je veux partir n’ayant plus
rien, à dire, à faire. Marcher au loin, rêver, rire.
Messine, Tombouctou, je sais, oui, à New York.
Les rails de sang battent mes tempes, sillonnent

la forêt. Tamtam du ciel esquissé, des cigognes,
grand Sud ou grand Nord, vent bleu. Oh, chassé
d’ici. Est-ce dedans, est-ce partout. La frontière
n’existe plus. Sable et cailloux, banquise, océan.

Dessiner du bout du doigt sur la buée une carte.
Ouvrir un matin à venir. J’irai à Shanghaï, Rome,
Tanger, oui, Volubilis au loin. Ruines où le jazz

de Harlem peint un soleil de nuit, devant l’hôtel.
Palmier géant, figuiers, chants, fenêtre mythique.
Le port tremble, les oiseaux sont inquiets. Rêver.

10 01 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s