Bonheur moiré

Se perdre dans ses pensées, oh,

Source de l’informe en-deçà de

Soi, mais non, à quoi penses-tu,

Tais-toi, laisse-toi aller. Tu suis

De l’être l’inquiétude, la brume

Des possibles, le feu revigorant

De la mélancolique incertitude,

Bonheur moiré du miroir d’eau.

Photos : « Nymphe à la fontaine des Innocents », J. Lœbnitz, d’ap. J. Goujon (XVIe s.), v. 1894, m. d’Orsay, Paris, 26/07/18, 11:55 ; envers de Garonne, 07/12/14, 17:10 ; Dans le métro, Tlse, 01/02/16, 15:12 ; impromptu ©JJM

Histoire

Fragiles images, mais si tenaces et profondes. / Vulnérable, fuyante, la vie leur doit tant. Elles / Couvrent les plaies invisibles, d’un revers les / Fissures, d’un chagrin. Au fond du puits, ciel.

Elles se détachent d’on ne sait où, consolent un / Temps, nous prêtent leur harmonie, leur éclat. / Oh, du panier sortent les mélodies originelles, / Celles à venir, fil tissé d’or de nos rencontres,

Des histoires hétéroclites, moments bricolés de / L’existence. Poser les yeux, paysages, temples. / Chantent le rivage, la ruelle ensoleillée, un tram

De Harlem, la voix de Billie cassée par l’amour, / Les cigales, âmes de poètes, gardiennes d’une / Lumière parfumée, ton visage au point du jour.

Photos : Tableautins de portes, Galerie Borghese Rome, 23/08/18, 16:50 ; Egon Schiele, Beaubourg, Paris, 29/10/18, 19:41 et 45 ; Carrelage, Basilique Santa Maria Nova, Rome, 19 08 18 14:19 ; sonnet ©JJM

L’orage

D’un cyclone l’œil, des nuits

L’orage intime, ne laisse pas

De transpercer la chair à vif,

Dans le vacarme d’une eau

Sombre sur une côte déserte.

Mais toujours brille une étoile

Dont le désir contient l’éclat,

Que chacun rêve de toucher.

Photos : d’après Noli me tangere, Le Corrège (v. 1524, Le Prado, Madrid), papier mouillé 03 05 20 ; Fond de verre, Œil et cyprès, 03/05/20, 16:55 et 17:07 ; impromptu ©JJM