Le feu et l’eau

Ne crains pas d’arracher ta langue, si dans ta main
la pluie traverse la peau. Si les mots t’abandonnent,
si le sol se dérobe, elle ne peut plus rien. Elle flotte
au milieu des ruines. Accepte, laisse-toi aller au gré

d’un silence meurtri, entre mur blanc et porte close.
Souviens-roi du rêve ultime, où tu as avalé tes mots.
Des pas furtifs, là, un regard fuit, tu suis une ombre.
Tu as suffoqué. D’autres repousseront dans ta gorge.

Ne crains rien, ils sont engloutis par le fleuve. Mais,
mon corps brûle. Et de mes doigts, de mes cheveux,
de mon ventre, des flammes éclairent le lit, les livres.

Elles caressent mes jambes. Une pluie fine coule sur
mon visage. Le feu et l’eau, mon crâne s’ouvre enfin.
Dans la douceur du matin glisse un nuage de cendres.

11 01 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s