L’abîme

Sait-on quel abîme se cache

Sous la peau, non, l’inverse.

La profondeur de la surface.

Ce ne sont que mots creux,

Pour dire le vertige, le vent.

Oh, voit-on l’épaisseur vive

Des cicatrices de l’émotion,

La douceur des yeux brûlés.

Photos : Colonnes, passage du Louvre, 09/11/19, 08:53 ; Tête de femme, 1930, Germaine Richier, m. d’Art moderne, Paris, 21/07/20, 11:51 ; Bouddha, bibliothèque du musée Guimet, Paris, 23/07/20, 12:13 ; impromptu ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s