L’Œuvre à venir

Se pourra-t-il que des remous

Du fleuve que rien n’arrêtera,

Parmi les branches arrachées

Des montagnes et des plaines,

Naisse la douceur des regards

Et des mains, l’œuvre à venir

Des rêves, de l’illusion vitale,

Dans le frôlement de l’abîme.

Photos : Fleuve 27 02 15 16h33 ; Migrante, 1936, Dorothea Lange, m. du Jeu de Paume, Paris, 30 10 18 15h23 ; Ombre, 31 12 15 7h05 ; impromptu ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s