L’Effacement

Qu’as-tu vu de moi, aurais-je laissé échapper / Je ne sais quoi, ou entendu, de ma voix, miel, / Océan. Touché, j’ai tressailli, regards d’enfant, / L’effondrement dedans, le sol se dérobe, je les

Croyais perdus, oh, qu’as-tu fait. Lumière, joie / Dansante, inépuisable douceur, la nuit blanche / Seule préserve de l’incendie, oh, de l’abandon. / Reste de l’image un halo, souffle, être fugace,

Soupir d’une vague rejetée par la falaise, elle / Revient revient encore, infatigable nuit d’été. / Sur le sable les rumeurs d’une ville italienne.

Le combat amoureux, de la pierre et de l’eau. / L’image s’efface, nécessité de disparaître pour / Hanter l’âme, une coque arrachée par le ressac.

Photos : Rome : Colisée, 19/08/18, 16:32 ; Jardin de la Villa Borghese, 23/08/18, 15:18 ; Statue de rue, 20/08/18, 14:42 ; sonnet ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s