Nocturne 2

Je tremble, ne peux rien faire, / Tends un bras et le miracle / s’accomplit, sans dieu.

J’étouffe sous le drap en boule, / Ce n’est rien. Banal drame de / l’amour, tragédie de coton.

À l’opéra, là oui, aimer à / Mourir, crier, rire, pleurer. / Mais ici, la nuit, larmes

Du trop-plein, ventre griffé. / Il suffit que je me lève et / Ramasse Le Paradis Perdu.

Extrait du « Chemin de Sable », recueil inédit

Photos : Cathédrale Saint-Étienne, Tlse, 25 12 13 16h23 ; Nuit, 20 07 15 4h38 ; Mme. de Loynes , Amaury-Duval (1862), expo MIB, Montauban, 02 02 20 14h41, texte ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s