L’oiseau blanc

J’ai beau m’égarer, océan lointain, embruns

Sucrés de l’été, espoir fauché par le vent,

C’est ainsi, je perçois le cri d’un oiseau blanc,

Du soleil la brûlure, des genêts le parfum.

Photos : Villa Borghese, Statue, et Fenêtre, 23/08/18, 14:50, 16:25, quatrain, ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s