Le Décor

Le décor s’effrite au moindre pas. Carton, / Papier, visage peint qu’un crachin délave. / Montrer n’est rien, personne n’y croit. Ici, / Couleur, là, noir, la contient, et la délivre.

Chuchoter quelques mots dans une intime/ Obscurité. Où naît le sens, négation fleurit. / Pétales dorés, bouquet final, explosion sur/ Une plage du nord, pâle douceur, mystère.

J’ai froid. Soleil et vent de mer. Sous les / Arcades, ça tourne, film italien. Traverser / Le champ, le destin. Inutile décor. Moteur.

À peine esquissé, le séisme est transparent. / Jouer une scène, une autre, jusqu’au bout, / Un drame inédit. À la fin la joie l’emporte.

Photos : Décor mural, Villa Borghese, Rome, 23/08/18, 15:41 ; Expo, Beaubourg, 31/10/18, 17h30, sonnet, ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s