Les Invisibles

Voir, halluciné, cet être, invisible dès je me retourne. « Tout ce qui nous entoure… a sur nous… des effets rapides, surprenants et inexplicables », dit Maupassant. « Je m’éveille, affolé, couvert de sueur. J’allume une bougie. Je suis seul […] Cette nuit, j’ai senti quelqu’un accroupi sur moi, et qui, sa bouche sur la mienne, buvait ma vie entre ses lèvres.[…] Je suis perdu ! Quelqu’un possède mon âme et la gouverne ! […] Donc les Invisibles existent ! […] C’est lui, lui, le Horla, qui me hante, qui me fait penser ces folies ! Il est en moi, il devient mon âme, je le tuerai ! […] Je ne me vis pas dans ma glace !… Elle était claire, profonde, pleine de lumière ! Mon image n’était pas dedans… et j’étais en face, moi !». Gogol aussi m’a voir l’abîme. « Il m’est arrivé aujourd’hui une aventure étrange », me dis-je. Kant dit bien que nous sommes sur un fil, entre génie et folie, et Nietzsche danse dessus.

Double, 05/10/16, 06:09 ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s