Nocturne

Voir la nuit, où nous vivons. Nous avons besoin d’elle pour atteindre ce qui gît, au secret, comme prisonnier jeté là. Lutter, non contre l’oubli, sans lequel la mémoire ne serait qu’un « tas d’ordures », dit Borges, via Funès (Fictions). Lutter contre l’ignorance de l’oubli de soi, me dis-je, le pire. Me revient Socrate, et la musique de Reverdy : « Sur l’écran du ciel noir, au revers de la nuit, les signes lumineux, en langage secret, tissent le voile détendu de l’interminable mystère » (Nocturne, La liberté des mers).

Nocturne, 30/08/16, 17:4 ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s