La dernière fois

27 01 20 14h55 1.jpg

Les mots sont anémiés. La main s’étonne et trace à jamais de quoi briser l’errance. En chemin vers la clôture du gouffre, de la faille, parer la plaie de l’être. Les bêtes s’y réfugient, apaisées. Effacer, pour toujours, l’incertitude de la peau effleurée.

Si près, l’abîme du soi où le soleil se perd. Ne jamais fermer l’œil, être à l’affût. Creuser, racler, donner vie et lumière à ce qui gît profond. Enfin, échouer sur un rivage de lune, à l’ombre de grands arbres.

La main trace sur l’eau l’heure du départ. Vers où, nul ne sait. Avant, dedans, naïveté. Enfants perdus. Ne rien voir ni savoir, suivre les lignes libres, qui font briller ce qui n’existe plus, ou pas encore, caché, secret, refusé. La main se souvient et dessine, pour la première fois, pour la dernière fois.

texte et dessin (d’après E. Degas, Petite danseuse, 1878-81, Orsay, et D. Lange, Damaged Child, 1936 ; pierre noire, 27/01/20) ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s