La robe noire des ombres

Paolo et Francesca 19 01 20 11h14 2.jpg

Oh, cet entre-deux du chien et du loup, hésitation des ombres, voiles traversées de vents contraires, dans l’engloutissement d’un soleil fourbu disparu à l’autre bout du ciel abrasé. La mer s’absente.

Huîtres, coques et patelles ferment leurs temples. Les rues sont plus étroites, les cœurs battent, oui. Résister, à quoi. Pourquoi. L’entre-deux, prélude au terme absolu, nécessité d’écarquiller les yeux pour s’orienter, viser l’unique étoile.

Nier la chute au puits sec, le bruit mat du crâne sur le sable d’or. Tombe d’un jour éreinté entraînant avec lui la nuit. Robe noire, pâleur d’une lune gibeuse. Et le rivage s’estompe. Les cimes des pins, diluées dans l’encre céleste, flottent. Tant d’énigmes encore, irrésolues.

texte et dessin (Les Ombres de Paolo et Francesca da Rimini, à partir de J.-B. Hugues, v. 1877, Orsay ; carbone, 19/01/20) ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s