Aimer le vent et l’eau

10 02 19 12h10.jpg

Un vent furieux brise les mâts, couche les oyats, les barrières de bois pâle. Contre lui, rien. Résister. Marcher au bord de la falaise, sentir crisser, rouler les cailloux. Le vent use la paroi, rejoint la pinède éclaboussée. La roche s’écroule dans l’eau noire. Le vent tourne. S’asseoir, agrippé à des racines, se pencher.

Ici là, un oiseau, une guêpe ivre. Le vent hurle. Attendre. Soudain surgissent de la houle des échos du lointain. Leur barrer le chemin. Et vivre. Ils m’assaillent, jamais ne me laissent en paix. Je suis la falaise, assis au bord du vide, je suis le vide. Je voudrais respirer, me taire. À mes pieds, l’eau ronge les blocs de roche rouche.

L’horizon est indifférent à tout, voilier, cargo. Prendre appui sur le vent. Redevenir poisson, oiseau. Rayer l’homme. Aimer le vent et l’eau. Lâcher la racine et jeter une pierre. Tenir. Résister à la force du vent, main tendue. Sur le corps en suspens, tout cela n’est rien. Je cherche l’ombre d’un grand pin. L’air est sec, charrie un parfum épais. Algues, coquillages, herbes des rocailles, genêts. Ne penser à rien. Laisser l’enfant rire aux éclats, sauter de joie. Danser au bord de la falaise.

texte et dessin ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s