Le massif de fleurs

22 04 19 10h22.jpg

Chercher l’air. L’apnée, seul être possible, au fond d’une impasse. La bouche s’ouvre, appelle, pas un son. Est-ce un appel. Qui appeler, tout est lointain, mystérieux, même soi. La présence, une énigme. Le silence. Soudain, une inspiration, un réflexe. Corps figé, dans l’attente. Espoir d’un espace, où, je ne sais. Les yeux perdus n’accrochent rien, dans leurs petites loges. L’air vient du dedans. Dedans, c’est vide, en négatif. Le positif existe, voir un tableau, écouter de la musique. Que m’arrive-t-il.

Ou bien accueillir une voix, un visage. Mais le négatif n’ouvre sur rien. Je m’imagine que l’air va remplir ce vide, mais il se passe autre chose. L’air manque partout, dans les arbres, autour des bancs du parc, au bord de mon verre, sur la table de la buvette. Le soleil est coincé entre les branches. Sur les pages de mon livre, les phrases suffoquent. Pas d’air. La peau frissonne. Avec les mains, les narines, de l’air. C’est idiot. Au creux de l’estomac, rien.

Les yeux flottent ici là. C’est une envie de rire, ou de pleurer. J’ai besoin d’air, pourquoi. Ce qui arrive est invisible. Comme rire de soi, alléger le fardeau. Là non. Un besoin de pleurer. Tout se replie et tombe dans le vide. La lumière se trouble. Un enfant court après son ballon, se cache derrière un massif de fleurs. Je ne vois plus rien.

texte et dessin ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s