Rien de cela n’existe

rien de cela 17 02 19.jpg

Entre dehors et dedans, la nuit. Présence floue, indétermination de l’être. Figure toujours dessous, soudain expulsée, renversée. Frontière, si vague en négatif. Vision d’un seuil infranchissable, sans pouvoir préciser la trace, le contour, le parfum. Mais ce visage du dedans offert, ce bougé de traits incertains, dit l’essentiel. Dehors, dedans, simple façon de trancher. Voir.

Rien de cela n’existe. Les mots trahissent le vent. Quand l’oiseau chante, il est aussi bien l’arbre, la forêt, le ciel. La coccinelle est fleur, l’eau du torrent soutient la roche, la terre noire est nuage, pour le bonheur des taupes. Les chauve-souris frôlent les planètes glacées. Sur ta joue passe un vol de grues cendrées. La nuit, ce contact, intime obscurité de l’être. Mes regards font surgir des formes aléatoires.

Affleurement du corps flottant, mots frileux. Dans le silence rythmé des poumons, je suis l’air jusqu’au profond, remonte dilué. Ton corps sculpté par le drap. Appel dont l’écho toujours possible envahit l’espace, faisant vibrer la frontière entre quoi et quoi. Tout cela occupe un instant mon imagination, brisé par un bruit, une moto, des pas dans la rue. Je sors, m’évade, me perds dans les cyprès, ris de cette facile errance, oh, j’aime ce voyage immobile sur ta peau.

©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s