Diamants

La pensée suffoque et
Se noie dans l’incendie
Des rêves, l’imprécation
D’une pie, les effluves
Sirupeux d’un figuier,

Un étang de sang nappé
De silence, le claquement
D’un volet, le vertige
De l’absence, le thrène
Lancé au ciel par les cyprès.

De joie, le tonnerre gronde
Et plante ses éclairs. La colère
Éclate dans le beau parc
Où tremblent les statues.
Nul orage ne l’apaise.

Le soleil se prépare
à redoubler d’ardeur
pour sécher les blessures,
transformer le chagrin
des enfants en diamants.

20 02 18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s