Vent de nuit

Ta poitrine est criblée de sable, vent de nuit,
Une et mille fois. Oh, ton cœur crisse, tes yeux
Cherchent refuge dans la poussière et tu suis,
Naïf, la courbe d’un corps tracée par les dieux.

10 02 18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s