L’étendard

Est-il vain d’appeler, de chanter. Des fourmis
sillonnent les creux, les fêlures. Oh, les regards
des statues pâlissent. Amour d’enfant, étendard
du mythe, sauve les abeilles et les yeux meurtris.

21 01 18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s