Une étincelle de joie

Terré au fond d’un invisible
Abri, je ne veux plus ouvrir.

Nul mot ne sort qui ne soit sang,
Eau du fleuve, pluie, ouragan, si

Vite avalé. Les arbres tremblent
Et nulle caresse n’adoucit le ciel.

Mais tout au fond, persiste un
Je ne sais quoi de lumineux, oh,

Que dans une étincelle de joie
Je n’ai pas su cacher, pour l’offrir.

12 12 17

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s