L’Or des jours

Les mots cognent et crient.
Dents serrées. Mots étouffés.
Sur mon visage, est-ce moi.
Rien n’est visible – ou Soi.

Où. Ni fenêtre, ni masque.
Les yeux cherchent un arbre.
La bouche happe l’air des rues.
Dans les oreilles, houle de jazz.

La peau affleure, flotte au vent.
Pas de frontière, ni de falaise,
D’Île à l’horizon. Bleu infini,

De l’eau seule – Oh, Blessure.
Oh, Soleil et Joie, l’Or des jours.
Douceur, fragile et murmurée.

05 10 17

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s