Petit jour

Le froid ce matin pique mes doigts.
Ma bouche laisse entrer l’air, la vie.
Le ciel est d’un bleu tendu, pâle, gris.
Pas un oiseau. Les cyprès accueillent

Le temps. Le soleil pointe. Les toits
Tremblent un peu, comme au loin
Les dunes au petit jour, plein désert.
Je marche sur des cailloux de lave.

Les mouches déjà tournent autour
De mes yeux. J’avance. Que faire
D’autre, quand le sol s’étend, infini.

Ce matin, ma peau est serrée contre
Toi. Chaleur irremplaçable du souffle
De la nuit, dans ton corps endormi.

01 11 17

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s