Ballade

Oh nuit, dessine des ombres gaies,
De souvenirs, de promesses tues,
D’éclats de rire, de rire, au soleil,
Au beau milieu d’un jour prochain.

Fais bouillonner mon sang gelé,
Console ce corps transi, ce visage.
Il n’oublie rien, rien. Qu’y a-t-il.
La vie, au creux de tes mains.

Un quatuor, une ballade, allons.
Pas de danse ou mourir, frôlement
De tissus. Le cœur bat trop fort.

Les cyprès bleus sont ivres.
Les tourterelles sont ivres, oh.
Le lampadaire est si joyeux.

30 10 17

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s