Le ressac

Le vent fera chanter les fenêtres. Les mouettes se délecteront de
Coquillages pris dans les filets, tandis que les petits chalutiers

Grinceront aux amarres. Sur le front de mer, le jour
Fraîchissant, les promeneurs se réfugieront dans les cafés

Animés. Ils pourront admirer, derrière les baies vitrées,
Le dernier soleil, les vagues rendues à leur patience infinie.

J’appellerai encore, je marcherai dans l’eau. Couché dans les oyats,
J’écouterai le ressac, les sirènes de cargos chargés de mystère.

24 09 17

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s