Bois flottés

Dans l’atelier du peintre, au sol éparpillés, boîtes
d’archives ficelées, sacs de toile dodus, col serré,

caisses empilées d’une compagnie africaine, bols
remplis de coquillages, où tempêtes, alizés, duos

d’amour s’enlacent. Des tissus chinois retiennent
le moindre souffle ou parfum. La fenêtre ouverte

donne sur la mer. La musique inonde le ciel et les
palmiers frissonnent. Sur le sable, des bois flottés.

21 08 17
San Carlos de la Rápita, 20 08 17, 16h31. ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s