Palmes tressées

J’ouvre la fenêtre, il fait si chaud. Je rembobine ma
vie, oh, imprégné de la douceur de tes bras de sable.

Je m’éloigne, inexorablement. Habillé d’un pagne
blanc, paysage africain. Larmes de nuages rouges,

grands acacias, baobabs, huttes de palmes tressées.
Oui, dans le grenier de mes tremblements enfantins.

19 07 17
Nuit, 25 05 16, 4h31. ©JJM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s