L’origine

Pensées esquissées, parfums légers, voix intimes.
Fermer les yeux. Être la vision même, et rejoindre

Ce qui du temps muet a gardé la douceur. Quand,
Étonnés d’être là, oh, nous voyons nos mains créer

Une rencontre au destin si fragile. Là où se trouve
L’origine du frisson nocturne. Alors la vie s’éclaire.

12 07 17
Auguste Rodin, Mains d’Amants, 1904
08 06 17, 12h33. Grand Palais ©JJM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s