La moindre embellie

Tu as fait fleurir une prairie, sur les cailloux de l’enfance.
Reste le parfum, les pieds dans l’eau. Soleil de ta savane.

Je ferme les yeux. Forêt de cheveux. Mon visage enfoui.
Oh, ta sérénité. Je n’y arrive pas et n’en peux plus, réduit

à ne plus rien confier, à me taire. Flottant dans un paysage
ruiné par le naufrage, je guette la moindre embellie du ciel.

06 07 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s