Le gouffre aux oiseaux

Visage, reflet de l’univers dans l’ombre de nos doutes,
cœur de l’abîme nourricier. Gouffre aux oiseaux bleus

ou noirs, dont l’envol raye les regards, enfuis au loin,
vers la forêt, la ville, le soleil, un paysage aride et nu,

au creux d’une houle furieuse. Là, naissent la joie et
la tristesse, l’errance, la rencontre de l’autre, l’amour.

05 07 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s