La dentelle des arbres

Dans la dentelle des arbres, où sont mes désirs floués,
oh, les nuits pâles du scarabée doré que je m’imaginais

être, gravissant une pyramide, plein vent, sous un ciel
de promesses, du chien filant truffe levée vers les nues.

Où sont mes rêves. Ces mots n’en disent presque rien.
Je scrute le fond du puits, margelle de ma vie. Où es-tu.

02 07 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s