Coccinelle sang

Dans le genêt, une coccinelle, goutte de sang. Une fleur
l’absorbe, le parfum de ton corps soudain, envahit le ciel.

Tu n’entendras plus ma voix, coccinelle immobile, cœur
d’un soleil de velours. Les nuages tombent, l’oiseau vit.

Attendre la nuit, nos vies ébréchées. Nos mains glissent.
Fleuve, notre lit. Dormons sur la dune à l’abri des oyats.

30 06 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s