Les méandres du Tage

Oh, je sais, la ville danse et…, quoi. Depuis ta loge,
tu entends la salle, les sièges grincent. Ton costume

te serre le cœur et tes mains volètent. Les trois coups,
que vas-tu dire. Oui, parle de Tolède et du Greco, des

visages si fins, des robes de satin. Oh, de la passion,
et du corps de l’aimée. Dans les méandres du Tage.

27 06 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s