Les broussailles fleuries d’oiseaux

À la cime d’un immense acacia, un marabout guette,
ne sais quoi. Il se moque de ma naïveté, bec dans la

poussière des larmes. Nous avons couru, nous, en moi,
têtes enfouies dans le pagne. Un berger traverse à gué,

baluchon à bout de bras, fleuve glauque. Suffoquant je
te serre, blottie, vers les broussailles fleuries d’oiseaux.

26 06 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s