Oyats et genêts

J’aime le vent, les nuages, le désert et la neige.
Laisse-moi, ma colère. Arrache de ma mémoire

malade, l’espérance de l’enfant trahi, abandonné.
Ne déchire pas mon corps traversé de tes cris.

Ne masque pas l’amour de l’océan, des oyats,
des odorants genêts et d’un visage ineffaçable.

23 06 17

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s