Dans les remous du Tage

Que dire de l’amertume des méandres enfouis,
des gorges l’obscurité, et des choucas la rage.
Quand l’océan se rêve dans les remous du Tage,
L’ombre fuit sur le marbre. On devine son cri.

22 04 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s