La mer l’intériorité

La mer l’intériorité, flou de l’eau, visage.
La mer oblige à voir au-delà, il n’y a plus
rien, la vie ce rien, souviens-toi d’Ulysse,
lancé vers la haute mer, Borges, près de

l’origine, retrouvée, perdue à jamais, nul
n’échappe à la tempête, au soleil englouti.
La mer est ouverture fermée, elle retient
le temps. Il faut partir, insensé, où vas-tu.

Varco folle, oh Dante, l’aventure, l’amour
de l’au-delà. L’au-delà est amour, Beatrix.
Souviens-toi d’Achab, vaste océan, l’écho

du corps lancé vers toi, l’horizon douceur.
La houle de ta peau, les vagues joyeuses,
la peau caressée. L’intériorité au soleil, là.

18 03 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s