Intime joie

J’arrache au vol trois mots, tout s’efface si vite.
L’absence noie le domaine respirable, trois mots.
Bouts de peau, à quoi sert-elle si l’air manque et
si les mains cherchent dans le noir. Oui je t’offre

ma peau, elle est tout, je lui dois tout, ne possède
rien. Je suis dessous, même pas, dessous, se tient
un entrelacs de chairs le corps. Je sens mon cœur
battre battre, penser à toi. Les poumons rythment

l’univers, mes mains pour toi, moi je suis derrière
le visage, là au fond, je cherche, j’aime, je chante,
parle un peu. J’arrache ici là trois mots et j’oublie.

Alors tu sais, je suis joyeux. C’est ce qui me reste
des mots. Une petite légèreté, comme un moineau
avant l’envol. Intime joie, dont je ne sais que dire.

18 03 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s