Frisson du mimosa

L’image se dilue parfois dans l’éther de l’extase
de l’absence, en décide le hasard. Ou bien je ne
sais, l’autre le rêve le miroir la colère le chagrin
la joie, je ne sais. Parfois, repentir du peintre ou

je ne sais, de l’autre, rêve miroir colère chagrin,
de la joie, se voit plein ciel, le sillon d’un destin
neuf. Nouveau printemps. Ce matin un rien aura
suffit, pour que le merle du quartier s’époumone

dans le figuier nu. Frisson du mimosa. Je lance
les miettes du petit déjeuner à la tourterelle aux
aguets, un ciel de soie nappe les tuiles, le soleil

enflamme tout. Oh, joie des êtres étonnés d’une
telle splendeur, danse immémoriale. Les cyprès
se font tamtams, tu sais, pour la beauté du jour.

17 03 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s