Rite africain

Je couvrirai ma colère du voile de la beauté,
qui en sera plus vive ainsi ornée de flammes.
Elle me prend à la gorge, serre à m’étouffer.
Le vent marin sèchera les larmes des statues.

Rite africain, je frapperai la terre en dansant,
brûlerai ma joie et mon sang. Je vivrai caché,
loin de tout, au cœur de la foule, hors de moi.
Entouré d’arbres luxuriants, je dirai, les yeux

fermés, des mots si doux que je succomberai
à leur parfum d’espoir. Je serai naïf jusqu’au
bout, écorché mais vivant, goûterai du matin

la fraîcheur, des temples antiques, le silence,
dessinerai les courbes de ton corps. Je verrai
naître, du marbre, la joie du jour et de la vie.

12 03 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s