Les méandres du temps

Les vastes étendues de Castille te seront interdites.
Dans le Tage furieux, tu en as jeté la clef, à Tolède.
Les couleurs, par le soleil écrasées, ont pénétré ton
corps, tes yeux, ton dos brûlé. Tu cherches l’ombre

d’un olivier. Le soleil est ta vie, l’ombre ta maison.
Écoute les abeilles, l’amour des fleurs. Une chèvre
mâchonne de la poussière herbeuse. Que demander
de plus. Un patio, une fontaine, non, admire le vent.

Oh, je sais, la ville danse et, et quoi. Depuis ta loge,
tu entends la salle, les sièges grincent. Ton costume
serre ton cœur et tes mains volètent. Les trois coups.

Que vas-tu dire. Oui, parle de Tolède, du Greco, des
visages si fins, des robes de satin. Oh, de la passion,
et du corps de l’aimée. Dans les méandres du temps.

27 02 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s