De papier et de sang

Ne refuse pas, ne résiste pas. La raison de ta fuite
est en toi, et tu t’égares en des remous que la mer
t’offre en guise d’écho, toi, le rocher par toi battu,
sous la vague de colère tu cries en vain, suffoques.

Catharsis au placard, sur scène, en vie. La passion,
de seconde main, pâlit. Phèdre, Hamlet, oh Manon,
Thaïs, votre existence est mienne. Vous me frôlez,
amours de papier et de sang, je vous offre le mien.

Mangez, buvez, cannibalisme intime. Je suis à vif,
bouillon continu de soi, sans moi, au fond du puits.
Assez de citations, de mots arrachés, seule magie

de l’ineffable, les mains serrées et les corps blottis,
dans les regards éperdus. Pénombre de la chambre,
reflet d’une fenêtre de train. Soudain, nous parlons.

25 02 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s