Splendeur du cap

Contre le vent d’est, Atlantique et Méditerranée
pris en tenaille, colonnes d’Hercule immergées,
mémoire du ciel infiniment bleu, oh, résistance
du corps. La baie me protège, le port abrite mes

rêves. Contre le soleil nulle bataille à mener. Ici,
l’être puise sa force dans la douceur des lauriers,
le parfum du jasmin, des orangers, et le murmure
des palmiers, des eucalyptus, meurt sur la colline.

Qu’y a-t-il à voir, hors la beauté des pins du cap,
des rochers. L’écume éclatante, lambeaux mêlés
aux algues échouées. Nos bouches, ivres de joie.

Le vent furieux est jaloux de cette splendeur, oh,
d’un coup se calme. La dune s’enflamme, le jour
bascule au fond des yeux. Nous restons là, muets.

17 02 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s