Passion

Plus jamais, quelle idiotie, quelle scie, non, tais-toi.
Le jour ne se lève pas. Mots cassés, futiles. Danser,
jouer, rire, écouter, je n’en crois rien. Belle nuit, oh.
Je maçonne une citadelle de papier et je m’y perds,

m’entoure de masques chinois, de musique d’opéra.
Plus jamais, je n’y crois plus, je suis aveugle. Murs
de fumée, rêves d’amour. Glace de la salle de bains
piquetée de jours blancs. Le vain torrent des appels.

Pulpe du réel cisaillée d’éclairs, délice de sa chair.
Écoute la douce voix, le chant. Mais ne tourne pas
la tête, spectre d’Orphée. Mains nues saisir encore

cette peau, ce voile de gaité, plus jamais. Rue vide,
tu cours. Le fleuve, les arbres, les nuages. Douleur,
joie. Sur la berge, les statues blessées. Oh, passion.

06 02 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s