Bourrasques

Dis-moi que faire, toi qui as tout jeté à l’océan.
Dis-moi que dire, si la houle avale cris et peurs.
Comment garder le même visage, ou se cacher,
se montrer, sans fard ni fatuité, dans l’abandon

de soi. Chante-moi la complainte des naufragés.
Je veux retrouver le fil ténu du vent frais, rêver.
Dans l’eau du silence, dis-moi, qu’y a-t-il, rien.
Ouvre les yeux, lâche, regarde la vérité en face.

Expose-toi, sans crainte de risquer ta vie, noyée
dans le puits d’un regard refuge, offerte à toutes
les bourrasques. Se cacher au creux de tes mains,

c’est cela, se découvrir, danser sur tes paumes et
respirer l’air de ta peau, fermer les yeux, et voir.
Dis-moi, toi qui as tout jeté, oh, qu’y a-t-il après.

12 01 17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s