La Terre n’est pas

Ni plate, ni ronde, crâne percé, rêve fou, la Terre
n’est pas, et je suis sur un fil, sans cesse menacé
de m’envoler. Mais je vois bien que les arbres rient,
se moquent, les chemins se perdent. Cols passés,

toujours le même précipice, les oiseaux englués
dans une eau moirée, au milieu des fleurs jetées
aux morts. Tout cela n’est pas, échoué au fond de
ma nuit, et je cherche une percée de lumière, oh.

Les draps flottent en pleine mer, toujours ce vent
de terre, il m’éloigne de tout, de rien. Des paquets
d’eau éclatent contre le volet, j’ai beau savoir que

je ne risque rien, je suis traversé par un frisson, tu
sais. Tout tangue, roule, oui, symphonie abyssale,
comme si je lançais un appel, oh, sortir du lit, vite.

19 12 16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s