Vertige

Porte fermée, oh, fermée, je n’ai de l’être
vu que les remous profonds, ne suis plus
ni dedans, ni dehors, et ils m’ont échappé,
laissant au creux des mains je ne sais quoi,

l’attente, non, l’illusion du possible, non,
la joie de l’inconnu et le puits de tes yeux.
Il reste la musique, elle se moque du refus,
de l’abîme, des falaises de craie, du soleil.

La clarté brûle ton visage, tes yeux plissés,
le mystère de ta voix. À l’ombre du fleuve
nappé de brouillard, je vois le sable secret,

le jeu des regards. Vertige. Il reste le ciel
et la forêt, les nuages et la houle, tu sais,
le silence des paysages d’hiver, et la vie.

17 12 16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s