Au fond de ma gorge

Jamais, d’un rêve, je n’ai su sortir
indemne. Traces de pas, reflets de

pupilles dilatées, voix chuchotées,
jeu de miroir. Alors le jour, hésitant,

fragile, naïf, étonné sous la voûte
plissée, oh, la Voie lactée fuyant

derrière les arbres et les fenêtres,
— le jour, oui, coule sur les murs,

et dans mon corps, au fond de ma
gorge, se noue, tu sais, une tragédie.

08 12 16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s