La source

Nuit, ouvre-moi tes bras, ton cœur. Sous tes
paupières de bois, l’ombre des gestes secrets,
des livres muets, des lampes, qui tout le jour
t’ont attendue. Danser, mourir. Éclat de toi.

Reflet dedans. Respirer le parfum, chuchoter,
ouvrir. Être à vif, pour être vivant. Oh, danser
avec les statues, oh, beauté du marbre doux.
Forêt de joie, où les arbres n’en finissent pas

de lancer au ciel des lianes, nuages, torrents
enlacés, roches et lacs pris de vertige. Alors,
les mots, ailes coupées, rejoignent sous terre

la source des regards, des mains, de tes seins,
de nos rires. Les statues brisent leurs chaînes,
et marchent sur le sable, oui, au soleil levant.

30 11 16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s