Les yeux rieurs

De l’apparence, faire fi, oh non. Du fond de la grotte,
voir tout là-haut danser les ombres, un ballet chinois,
miroiter le secret des fleurs et des montagnes. La mer
scintille à perte d’âme, noyée, le soleil brille toujours

et encore, rétines brûlées par la splendeur d’ici-bas.
Les mots recouvrent ce qui, profond, jamais ne luit
en pleine lumière. Alors dire et dire, oui, et se taire.
Accueillir le velouté d’une peau, l’écho des voix et

l’inépuisable charme des yeux rieurs, tulle nacré des
grâces de la chair. Alors, êtres et choses, les chemins,
les criques oubliées, les étendues de sable pur, et les

cris des oiseaux complices, tout se met à rire, même
le soleil, dedans, dehors. Fragile évanescence de nos
tentatives muettes, oh, masquées par le vain carnaval.

30 10 16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s