La fête annoncée

Entre les platanes, sur le trottoir, une flaque de soleil.
Un moineau se baigne et soudain fuit, rejoint un trou
de brique. Dans l’escalier volètent flaque, soleil, fuit.
Je ne vois plus rien. Je franchis le seuil, la clé tombe.

J’ai en tête le crépitement de l’écume, glissant sur le
sable, en arrondis de dentelle fine. Une jetée de bois
frangée de mouettes. Mon regard s’enfonce dans les
dédales d’une journée de plage, de vent. Les voiliers

vont et viennent, les petits fanions multicolores d’une
fête annoncée virevoltent en tout sens. Un enfant crie.
Tu te retournes et, d’un geste de la main, éloignes les

nuages pris dans ton diadème. À la fenêtre, l’incendie
du soir gagne les tuiles, les arbres. Dans la pénombre
du couloir, brillent les cristaux d’une mélodie italienne.

15 09 16. Inachevé 139

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s